Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ÉCOLE ITALIENNE. oooooooooo RAPHAEL. eco..... MUSÉE DE BOLOGNE

SAINTE CÉCILE.

Saint Paul, saint Augustin, sainte Cécile, saint Jean et sainte Madeleine, réunis pour chanter les louanges de Dieu, interrompent leurs chants pour écouter un concert céleste.

Ce tableau, qu'on a vu pendant plusieurs années au Musée de Paris, a été peint par Raphaël en 1513, pour le cardinal Laurent Pucci, qui le fit placer dans l'église de Saint-Jean del Monte à Bologne. On peut trouver extraordinaire de voir cinq figures à côté l'une de l'autre, toutes debout et sans aucun rapport entre elles. Il est probable que Raphaël, maître de sa composition, ne l'eût pas disposée ainsi; mais on sait que de son temps ceux qui commandaient un tableau indiquaient souvent au peintre non seulement le nombre de figures qu'ils voulaient y voir, mais aussi le nom des personnages, et encore quelquefois la position qu'ils désiraient qu'on leur donnât : la pureté du dessin, la beauté de la couleur et la vérité de l'expression, étaient les seuls moyens qui restassent au peintre pour faire connaître son talent.

Il existe une belle copie de ce tableau, faite par Guido Reni; elle se voit à Rome dans l'église de Saint-Louis des Français.

Les meilleurs gravures de ce sujet sont celles de Strange, R. U. Massard et Fr. Ét. Beisson, car la gravure de Marc - Antoine est faite d'après un dessin qui est maintenant en Angleterre, et qui faisait partie du cabinet de M. Morel de Vindé. Haut., 7 pieds 3 pouces; larg., 4 pieds 6 pouces.

ST. CECILIA.

St. Paul, St. Augustin, St. Cecilia, St. John, and St. Magdalen, assembled to sing the praises of God, suspend their songs and listen to a celestial concert.

This picture, which has been exhibited for many years at the Museum in Paris, was painted by Raphael, in 1513, for the cardinal Laurentio Pucci, who placed it in the church of St. John del Monte at Bologna. It may seem extraordinary to see five figures standing side by side without any connexion with each other. It is probable that if Raphael could have arranged the composition as he pleased, he would not have disposed it thus, but it is well known that, in his time, those who commanded a picture often prescribed to the artist not only the number of the figures they wished to see there, but also the names of persons to be represented, and moreover sometimes the positions which they desired might be given to them. The purity of the design, the beauty of the colouring, and the truth of the expression, were the only means left with which the painter could display his talent.

A fine copy of this picture, by Guido Reni, is to be seen at Rome in the church of St. Louis des Français,

The best engravings of this subject are those of Strange, R.U. Massard, and Fr. Et. Beisson', for the engraving of MarkAntony was taken from a drawing which is now in England, and forms a part of M. Morel de Vinde's cabinet.

Height, 7 feet 8 inches; width, 4 feet 9 inches.

[ocr errors]

M.Y. PUBLIO LIBRARY PRINTS DIVISION

[subsumed][merged small][graphic][merged small][subsumed][subsumed][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

ÉCOLE ITALIENNE. .......... P. BATONI. ...ooooo GALERIE DE VIENNE.

RETOUR

DE L'ENFANT PRODIGUE.

Les pharisiens, toujours envieux de la popularité qu'acquéait Jésus-Christ, lui reprochèrent de ne s'entourer que de pêcheurs. Il répondit à cette méchanceté par cette parabole : Le fils d'un homme de considération, oubliant ses devoirs, demanda à son père de lui donner la part du bien qui lui appartenait. L'ayant obtenue, il quitta la maison paternelle, et, se livrant à tous les excès, il dissipa tout, et se trouva réduit à une telle misère, qu'il en vint à être obligé de garder les pourceaux. Dans cette extrémité, sentant la grandeur de sa faute, mais plein de confiance dans la bonté paternelle, il résolut d'aller à son père et d'implorer son pardon. Le père, touché de ce repentir, oublia tous les torts de son fils, les lui pardonna, et le reçut avec les témoignages de la plus grande tendresse.

Ce tableau, peint à Kome en 1775, est d'une belle couleur, et l'expression des têtes y est remarquable. Il a été gravé, et fait partie de la galerie de Vienne, publiée par Haas, in-8°. Pompée-Jérôme Batoni, son auteur, élève de Sébastien Conca, naquit à Lucques en 1708, et mourut à Rome en 1789. Il est plus connu par ses portraits que par ses tableaux historiques; cependant, contemporain de Raphaël Mengs, il lui a été comparé par le chevalier Boni, qui regarde Batoni comme ayant mieux imité la nature.

Haut., 4 pieds 4 pouces ; larg., 3 pieds 1 pouce.

« AnteriorContinuar »