Imágenes de páginas
PDF
EPUB

NOCE ALDOLBRANDINE.

Cette célèbre peinture antique représente un mariage des anciens, avec quelques-uns des usages dont ils étaient ordinairement accompagnés.

L'époux presque nu, ayant sur la tête une couronne de feuillage, est assis près du lit sur une estrade. L'épouse, revêtue du flammeum, voile très-ample qui l'enveloppait entièrement, est assise sur le bord du lit; elle reçoit les consolations et les avis d'une des pronuba, femmes qui accompagnaient l'épousée et la dirigeaient pendant la cérémonie. Près de là, une autre femme brûle quelques parfums, peut-être bien pour chasser les sortiléges, contre lesquels les anciens étaient toujours en garde. Tout-à-fait à droite, on voit une prê1resse mettant la main dans un bassin rempli d'eau lustrale, destinée à l'aspersion de la chambre, et deux femmes paraissent être attentives à cette action. Au côté opposé, trois autres femmes paraissent occupées d'un sacrifice, pendant lequel l'une d'elles pince de la lyre. ·

Cette précieuse peinture antique a été trouvée à la fin du XVIe siècle, dans l'endroit où étaient autrefois les jardins de Mécène. Le pape Clément VIII la fit alors transporter au palais Aldolbrandini, d'où lui est venu le nom de Noce Aldolbrandine.

Larg., 6 pieds 6 pouces ? haut., 1 pied 8 pouces ?

[graphic][ocr errors][merged small][subsumed][ocr errors]

LA VIERGE ET L'ENFANT JÉSUS.

L'état de guerre dans lequel se trouvait continuellement l'Europe pendant le moyen âge, avait fait en quelque sorte oublier la peinture. Cependant les artistes grecs ayant fui Constantinople ils s'étaient réfugiés en Italie, où ils cherchèrent à raviver le goût des arts. Jean Cimabue, Florentin, vivant au commencement du XIII. siècle, fut un de leurs écoliers; mais il les surpassa bientôt, en donnant plus d'expression à ses têtes et moins de recherche à ses draperies.

Sous le rapport de la composition, le tableau que nous donnons ici laisse assurément beaucoup à désirer, mais il est tellement supérieur aux autres peintures de cette époque, que son apparition excita un étonnement général. Charles d'Anjou, passant par Florence pour aller prendre possession du royaume de Naples, voulut voir ce tableau, qui était encore chez le peintre. La fête qu'occasiona cette honorable visite fit donner le nom de Borgo allegri à l'endroit qu'habitait alors Cimabué. Le peintre eut encore un autre triomphe, puis que son tableau fut porté processionnellement au bruit des fanfares, depuis sa maison jusqu'au couvent de SainteMarie-Nouvelle.

Il existe encore dans cette église, à la chapelle Ruccellaï. Une répétition, avec quelques changemens, se voit à Paris au Musée du Louvre. M. Carboni a gravé cette peinture de Cimabue, dans l'ouvrage intitulé Etruria pittrice.

Haut., 13 pieds 1 pouce; larg., 8 pieds 6 pouces.

[ocr errors]

THE VIRGIN AND JESUS INFANT.

The continual state of war in which Europe was engaged during the middle age, caused painting in a great measure to be forgotten. The Greek artists however, having fled from Constantinople, took refuge in Italy, where they endeavoured to revive a taste for the arts. Jean Cimabuė, a Florentine; who flourished at the beginning of the thirteenth century, was one of their pupils, but he soon surpassed them in giving a greater degree of expression to his heads, and paying less attention to drapery.

As to composition, the picture of which we now speak, is by no means faultless, but it was so far superior to the others of that period, that its appearance excited general astonishment. Charles of Anjou passing through Florence, to take possession of the kingdom of Naples; was desirous of seeing it, whilst still in the possession of the artist, and the festival which this honourable visit occasioned, gave rise to the name of Borgo allegri, which the painter's house was afterwards distinguished, by Cimabue had yet another triumph, for his picture was borne in procession accompanied by musical instruments, from his house to the convent of Sainte-Marie-Nouvelle.

It is still remaining in the Ruccellai chapel belonging to this church, and a copy of this picture, with some alterations, is to be seen in the museum of the Louvre at Paris. M. Carboni has made an engraving of the same in the work entitled « Etruria pittrice, »>

Heigth 13 feet 7 inches; Breadth 8 feet 11 inches.

« AnteriorContinuar »