Imágenes de páginas
PDF
EPUB

NOTICE

SUR

CLAUDE COELLO.

Claude Coello naquit à Madrid vers 1630. Son père était un ciseleur portugais. Désirant se faire aider par son fils, il le plaça chez François Rizi pour y apprendre le dessin, mais les grandes dispositions qu'il montra pour la peinture, engagėrent le père de Coello à le laisser suivre ses études pour cet

art.

Coello se lia d'amitié avec Carreno qui était peintre du roi et son maréchal-des-logis: par ce moyen, notre jeune peintre eut la facilité d'étudier dans les palais royaux les beaux ouvrages de Titien, de Rubens et de Van Dyk; il copia plusieurs tableaux de ces maîtres, et acquit ainsi une très-belle couleur.

Lors de l'entrée à Madrid de la reine Marie-Louise d'Orléans, femme de Charles II, Coello fut chargé d'orner, concuremment avec Donoso et de Solis, la rue du Retiro, de décorer la place de l'Hôtel-de-Ville, et d'élever un superbe arcde-triomphe au Prado.

En 1684, Coello fut nommé peintre du roi et succéda à Carreno, puis fut chargé de continuer un tableau commencé par Rizi pour décorer l'autel de la sacristie de l'Escurial.

Le succès qu'obtinrent les différens travaux dont Coello fut chargé, lui attirèrent de nombreuses marques d'honneur et de considération; son bonheur cependant fut troublé par l'arrivée de Luc Giordano, appelé en 1692 pour peindre les voûtes de l'Escurial. Cette préférence causa un tel déplaisir

OF

CLAUDE COELLO.

Claude Coello was born at Madrid about 1630. His father was a portuguese chaser. Desirous of being helped by his son, be placed him at Francis Rizi's to be taught drawing, but the good will he shewed for painting induced Coello's father to let him attend to the study of that art.

Coello connected a friendship with Carreno who was the king's painter and a quarter-master: by that means, our young painter was enabled to study in the royal palaces the beautiful works of Titian, Rubens and Van Dyk; he copied several pictures from those masters, and thus acquired a very fine colouring.

When queen Mary Louisa of Orleans the consort of Charles II, made her entry into Madrid, Coello was entrusted in competition with Donoso and de Solis, with the adorning of Retiro street, the decoration of the Town-House, and the erection of a magnificent triumphal-arch at Prado.

In 1684, Coello was appointed a painter to the king, he succeeded Carreno, and was ordered to continue a painting begun by Rizi, to decorate the altar of the vestry of the Escurial.

The success of the different works which Coello was entrusted with, obtained him high tokens of honour and esteem; his happiness was however disturbed by the arrival of Luc Giordano, in 1692, who was appointed to paint the roads of the Escurial. This preference gave such a great displeasure to

NOTICE

SUR

CHARLES CIGNANI.

Charles Cignani naquit à Bologne en 1628. Élève de l'Albane, il travailla dans le même goût que son maître, mais lui fut supérieur, et fut long-temps directeur de la célèbre académie fondée par les Carraches. Sa couleur est vigoureuse et son pinceau facile, ses têtes sont généralement d'un beau caractère et pleines d'expression.

Cignani a rarement représenté des faits historiques dans ses tableaux, mais il a souvent peint des Madones et aussi des allégories sacrées, composées d'une ou deux figures. Le plus grand travail de Cignani est la coupole de l'église de la Madona del Fuoco à Forli, dans laquelle il peignit l'Assomption de la Vierge. A l'imitation du Corrège dans la coupole de Padoue, Cignani a figuré un véritable Paradis, qui excite une admiration toujours plus vive, à mesure qu'on le contemple. Le peintre interrompit quelquefois son travail pour aller à Ravenne, s'inspirer en voyant la coupole peinte par Guido Reni. On assure que c'est contre son gré que l'on défit l'échafaudage de sa coupole, ce qui le força à quitter ce grand ouvrage, auquel il travaillait depuis près de vingt

années.

Cignani mourut à Forli en 1719, âgé de 91 ans.

NOTICE

OF

CHARLES CIGNANI.

Charles Cignani born at Bologne in 1628 was a pupil of Albane, he worked in his master's way, but he became superior to him, and was for a long while the director of the celebrated academy founded by the Carraches. He has a vigorous colouring and an easy pencil, his heads have a noble character full of expression.

Cignani has seldom represented in his pictures historical facts, but he has often painted Madonas, as also sacred allegories, composed with one or two figures. The most important work of Cignani is the cupola of the church of the Madona del Fuoco at Forli, in which he has painted the assumption of the Virgin Mary. In imitation of Corregio in the cupola of Padoue, Cignani has figured a true Paradise, which, the more it is contemplated, the greater and livelier admiration it excites. The painter sometimes interrupted his business to go to Ravenne, in search of inspiration, at the sight of the cupola painted by Guido Reni. It is ascertained that the scaffold of his cupola was taken down against his will, which compelled him to leave that great work which had employed him since almost twenty years.

NOTICE

SUR

CHARLES DOLCI, DIT CARLO DOLCI.

Charles Dolci naquit à Florence en 1616. Il est ordinairement désigné sous le nom de Carlo Dolci. Élève de Jacques Vignali, il se fit remarquer dans l'école florentine, de la même manière que Sasso-Ferrato dans l'école romaine, puisque tous deux traitèrent habituellement des sujets de Vierges, presque toujours à mi-corps et dont les têtes sont admirées, à cause de leur expression pleine de douceur et de piété.

Carlo Dolci se distingua aussi par un coloris des plus suaves et des plus harmonieux. Ses têtes sont touchées d'une manière douce et très-fondue. Des qualités aussi précieuses acquirent à ce maître une grande réputation pour peindre le portrait; aussi fut-il appelé à la cour de l'empereur, où il fit les portraits de toute la famille impériale, avec un tel succès, que le monarque le combla d'honneur et de bienfaits.

Les tableaux et les portraits de Carlo Dolci ne sont pas communs, et ils occupent un rang honorable dans les cabinets les mieux choisis.

Ce peintre mourut à Florence en 1686, âgé de 70 ans.

« AnteriorContinuar »