Histoire de la guerre de 1870

Portada
A la direction du Spectateur, 1871 - 623 páginas
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 282 - N'ayant pu mourir au milieu de mes troupes, il ne me reste qu'à remettre mon épée entre les mains de Votre Majesté. » Je suis de Votre Majesté
Página 282 - Majesté, et je la prie de vouloir bien nommer » un de vos officiers muni de vos pleins pouvoirs » pour traiter de la capitulation de l'armée qui » s'est si bravement battue sous vos ordres. De » mon côté , j'ai désigné le général de Moltke à » cet effet. » Je suis, de Votre Majesté, » Le bon Frère ,
Página 469 - Art. 6. — Des questions de détail concernant principalement les intérêts de la ville sont traitées dans un appendice ci-annexé, qui aura la même valeur que le présent protocole.
Página 314 - Voilà mon fusil, laissez-moi m'en aller dans mon village , » serait un déserteur en présence de l'ennemi ; les lois le condamneraient à mort. Que fait autre chose le général de division, le chef de bataillon, le capitaine qui dit : * Laissezmoi m'en aller chez moi, ou recevez-moi chez vous, et je vous donne mes armes?
Página 469 - Tous les généraux et officiers, ainsi que les employés militaires , ayant rang d'officiers , qui engageront leur parole d'honneur, par écrit, de ne pas porter les armes contre l'Allemagne et de n'agir d'aucune autre manière contre ses intérêts jusqu'à la fin de la guerre actuelle, ne seront pas faits prisonniers de guerre. Les officiers et employés qui accepteront cette condition conserveront leurs armes et les objets qui leur appartiennent personnellement.
Página 469 - ... indiqués pour chaque corps. Les officiers rentreront alors, librement, dans l'intérieur du camp retranché, ou à Metz, sous la condition de s'engager sur l'honneur à ne pas quitter la place, sans l'ordre du commandant prussien. Les troupes seront alors conduites par leurs sous-officiers aux emplacements de bivac.
Página 479 - Vaincus par la famine, nous sommes contraints de subir les lois de la guerre en nous constituant prisonniers. A diverses époques de notre histoire militaire , de braves troupes commandées par Masséna, Kléber, GouvionSaint-Cyr, etc.
Página 446 - Que des pourparlers seront engagés avec l'ennemi dans un délai qui ne dépassera pas quarante-huit heures, afin de conclure une convention militaire honorable et acceptable pour tous; 4° Que dans le cas où l'ennemi voudrait imposer des conditions incompatibles avec notre honneur et le sentiment du devoir militaire, on tentera de se frayer un passage les armes à la main.
Página 469 - ... personnellement. Pour reconnaître le courage dont ont fait preuve pendant la durée de la campagne les troupes de l'armée et de la garnison, il est en outre permis aux officiers, qui opteront pour la captivité, d'emporter avec eux leurs épées ou sabres, ainsi que tout ce qui leur appartient personnellement.
Página 446 - ... de se frayer un chemin par la force avant d'être épuisé par la famine, et tandis qu'il reste la possibilité d'atteler quelques batteries.

Información bibliográfica