Imágenes de páginas
PDF

ÉCOLE ITALIENNE, sroro A. ALLEGRI. svor... SANS-SOUGI.

JUPITER ET LÉDA.

[ocr errors]

Parmi les métamorphoses de Jupiter, celle qu'il prit pour séduire Léda offre une grande singularité puisque, ayant la forme d'un cygne, suivant d'anciens mythographes , Léda aurait eu un euf ou deux oeufs, d'où seraient sortis la belle Hélène et Pollux, Clytemnestre et Castor.

Corrége a placé Léda sur le bord d'une rivière, et Jupiter en cygne s'est approché d'elle

pour

la caresser. Ce tableau est très-remarquable par la grâce et par l'expression des figures; son histoire est aussi des plus extraordinaires.

Acquis par l'empereur Rodolphe, il faisait partie des tableaux que ce moparque avait réunis, et se trouvait à Prague lorsque le comte de Konigsmark, après avoir pris la ville en 1648, enleva les plus beaux tableaux et les fit transporter à Stockholm. Christine, en abdiquant, emporta ses tableaux en Italie, et à sa mort ils devinrent la propriété de Livio Odescalchi, neveu du pape Innocent XI; ensuite ils furent achetés

par le duc d'Orléans, régent. Le fils de ce prince , dont la piėlė était exemplaire, crut devoir faire enlever la tête de Léda , et donna le tableau ainsi mutilé à Coypel, son premier peintre, qui repeignit la tête. Après la mort de ce peintre, ce tableau fut acheté par le roi de Prusse , pour la galerie de Sans-Souci.

Il existe une copie au Musée de Paris, et le fragment des deux figures qui se baignent forme un autre tableau qui se voit à Rome , chez le prince Colona.

Ce tableau a été gravé par Ducbange, en 1711.
Larg., 6 pieds 1 pouce; haut., 4 pieds 11 pouces.

[ocr errors]

a

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

ÉCOLE ITALIENNE. -- ANN. CARRACHE. - CAD, PARTICULIER.

VÉNUS ENDORMIE.

[ocr errors]

Rien dans ce tableau ne caractérise Vénus; mais il a suffi de voir une femme entièrement nue et dont les formes sont belles, pour pouvoir la considérer comme devant être la déesse des Grâces. Il est probable que cette figure était une de ces études auxquelles on donne le nom d'académie, et qu'Annibal Carrache, voulant en faire un tableau, y a ajouté un fond de paysage.

La figure, dans un repos parfait, a une douceur d'expression fort agréable, la pose n'est gênée en rien; et si le plaisir a pu maîtriser son cæur, on doit penser que le sommeil en laisse à peine quelques traces.

Ce tableau, d'un coloris excessivement vif, faisait partie de la galerie de Houghton, en Angleterre; il fut vendu 1,800 fr. à la mort de sir Robert Walpole.

Il n'a jamais été gravé.

.

ITALIAN SCHOOL, mororANNCARACÇI. PRIV. COLLECTION.

[ocr errors][merged small]

a

Nothing in this picture characterizes Venus ; but it is enough that it is a beautiful woman quite naked, to authorize the supposition of its being meant for the goddess of the Graces. This figure was probably one of those studies called academies, which the author, Annibale Caracci, converted into a picture, by the addition of a landscape back-ground.

The figure, perfectly at rest and in the most unconstrained attitude, has an attractive sweetness of expression : if pleasure had rioted in the heart of this fair divinity, sleep has effaced every trace of its tumults. The colouring is of an excessive brightness.

This picture was in the Houghton Collection, and was sold, at Sir Robert Walpole's death, for 70 pounds (1800 francs ).

« AnteriorContinuar »